Les textes et images présents sur ce blog ne sont pas libres de droits, merci de me demander avant une quelconque utilisation.


samedi 12 décembre 2015

Ma petite boutique de Noël.

Chers tous,


A l'approche des fêtes de Noël, je me permets de dresser ici une petite liste de mes dernières parutions à offrir sans modération.

Concernant les disques, je vous rappelle que vous pouvez les commander sur Amazon ( en cliquant sur le titre de l'album choisi, ci-dessous ) ou directement par mail dans la rubrique "contact" :


- La nouvelle H, CD 13 titres de chanson française.

Eaux douces, CD 8 titres de chanson française.

Au royaume des canailloux, chansons pour enfants sur instruments anciens.









En ce qui concerne mes derniers livres :

- Le roman Mon bel orage est disponible en format papier ou numérique. Les éditions de la Rémanence proposent des réductions "spécial Noël" : http://www.editionsdelaremanence.fr/mon-bel-orage.html




- Le conte en prose et haïkus La sagesse du maître de thé illustré par Georges Lemoine vient de paraître chez Gallimard. http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Hors-serie-Litterature/La-sagesse-du-maitre-de-the




- Pour les plus jeunes, La petite nageuse du Nil, illustré par Georges Lemoine, paru aux éditions Oskar, est toujours disponible. http://livre.fnac.com/a7290046/Heloise-Combes-La-petite-nageuse-du-Nil




Je vous souhaite de belles fêtes de Noël toutes en chaleur humaine, douceur et lumières,
A bientôt,
Bises,

Héloïse. 


dimanche 22 novembre 2015

Mon Dieu, je ne suis qu'une petite fille...

Mon Dieu,

Je ne suis qu’une petite fille incorrigible –une petite fille sauvage, timide, renfrognée.
J’ai un cœur brûlant et froissé comme un coquelicot, une âme de chardon et de vent, et mon corps fourmille d’ardeurs de chevrette.

Je n’ai jamais su grandir –je ne saurai jamais-,
Et non seulement je n’ai pas grandi mais la sauvagerie s’est enfoncée en moi toujours davantage, et la crainte du monde,
Et mon entêtement a poussé plus profond dans mon centre ma déchirure et ma joie, farouches toutes deux, de plus en plus farouches.

Mon Dieu,
Je ne suis qu’une petite fille
Et je vous écoute souvent déraisonnablement, au grand dam du monde qui m’agresse et se moque de la folie que vous avez mise en mon cœur, que vous avez mise au cœur de la vie au sein duquel je vais tourbillonnant,
Au sein duquel je vais voletant, aussi innocemment que volettent les papillons à qui vous offrez de naître au beau milieu d’un pré d’herbe tendre et de boutons-d’or.

Et puis parfois, mon Dieu, je ne vous écoute pas,
J’opte pour une autre folie que la vôtre.
Je le sens bien quand je décide autre chose que ce que vous voulez pour moi : je le sens au vent qui me caresse à rebrousse-poil, je le sens aux feuillages qui se détournent et font silence à mon passage, je le vois à ce serpent tapi sournoisement dans les hautes herbes où je marche et à la buse qui se rue sur le pare-brise de l’auto que j’évite de justesse.

En fait c’est assez souvent, mon Dieu, que je ne vous écoute pas,
Je n’en fais alors qu’à ma guise, plus têtue que jamais,
Je me jette dans des bras qui ne m’attendaient pas,
Je goûte à quelques luxes en faisant la moue,
Je dis « je veux », « je ne veux pas », je tape du pied, je dédaigne, je boude, je pleure –de ces larmes vilaines, froides, qu’ont les enfants quand ils sont en colère.
C’est un jeu auquel je suis certaine de perdre, et comme vous m’avez offert d’être une petite fille intelligente, je ne suis pas dupe une seconde,
Pourtant je joue quand même, je cours à toutes jambes vers l’issue fatale, et même quand ce n’est plus grisant je cours encore, je ne parviens même plus à maîtriser mes jambes qui tournent toutes seules emballées en roue libre,
Et puis je tombe.

Mon Dieu, mon Dieu, je n’ai aucune raison de ne plus jouer à ce jeu là
Car le moment le plus délicieux vient après, lorsque blessée, déchirée, humiliée par mes propres vanités, vous me cueillez au sol et m’élevez dans vos bras pour me consoler.
Et vous venez toujours, ces moments-là, dès que je suis rendue à ma nudité, à mes larmes sincères, vous accourez,
Vous n’avez jamais oublié de venir,
Vous n’oublierez jamais,
Vous me faites alors les pavots plus enflammés qu’à l’ordinaire dans l’or des champs de blé,
Vous me faites le chant des rivières si limpide, le parfum des roses si subtil, l’orage si palpitant
Que la joie me revient.

Je suis vraiment votre enfant chérie, mon Dieu,
Là-dessus je n’ai aucun doute, même au milieu de la nuit, même avec cette brûlure qui dévore mon cœur rouge sang dans le cœur noir de la nuit, cette certitude veille,
Infime, mais souveraine. (...)

Extrait- Héloïse Combes 2015. 

dimanche 25 octobre 2015

Mon bel orage


 

 Après la sortie du disque La nouvelle H, et juste avant celle du conte illustré par Georges Lemoine chez Gallimard, voici venue la parution de mon roman Mon bel orage, aux éditions de la Rémanence.



En voici un petit extrait :

« Rien ne semblait devoir arriver. Rien ne semblait pouvoir exister d’autre que ce brouhaha cotonneux des couloirs, ces bousculades adolescentes chaque heure à la porte d’une salle de classe qu’on quittait, chaque heure, pour une autre salle de classe où tout serait pareil : chaque heure le bruit de troupeau qui s’engouffre puis freine, dérapages de semelles en caoutchouc doublés de grincements de chaises, et ensuite l’ennui, la voix soporifique du prof, l’ennui, la craie blanche qui crisse sur le tableau vert sombre, l’ennui, le néon qui crépite toujours un peu, une gomme qui tombe, le vol métallique d’une punaise qui traverse la pièce et bute sur la vitre, un papier qu’on froisse, un rire étouffé, l’ennui…
C’est arrivé pourtant. Dans le préfabriqué de tôle qui tenait lieu de salle de dessin à l’écart des grands bâtiments. Une brèche soudain dans le cœur lourd du géant noir.»


   En attendant le 28 octobre, date de parution officielle, vous pouvez d'ores et déjà commander le livre sur la page des éditions : http://www.editionsdelaremanence.fr/mon-bel-orage.html

Une première critique est disponible sur le blog de Michel Sidobre. "Un roman court, sensuel et poétique…
On dit « une écriture de femme », certes, c’est-à-dire une écriture forte, décidée, volontaire, qui trace l’aventure d’une adolescente, un épisode sans concessions comme il se doit." (...) La suite par ici.
   Et les mots des tout premiers lecteurs : "J'ai moi-même reçu hier "Mon bel orage" d'Héloïse Combes. Je l'ai ouvert et n'ai pu le refermer, avant de l'avoir terminé... ce qui m'arrive rarement ! Touchée, admirative, je me dois de le relire pour en parler plus en détails." (...) 
Un livre commandé en avant première et qui ne m'a pas déçue. Une histoire d'adolescence, de révolte, d'amour d'un homme et d'amour de la vie. Un sujet délicat traité par une plume féminine ferme et poétique, sombre et claire à la fois. De beaux paysages traversés. J'ai lu ce court roman d'une traite et en suis sortie charmée et chahutée." (...) 





lundi 21 septembre 2015

Le disque La nouvelle H est arrivé !





Il est tout beau, mon nouveau bébé !!! émoticône smile

Mon disque La nouvelle H est arrivé, et je suis toute à mes enveloppes, à mes petits mots aux uns et aux autres...
Il contient 13 titres en poésie, entre chanson française et retour aux influences médiévales... Avec les belles guitares et le uku de Guilam, le violoncelle de Janice Renau, les flûtes et le tambour de Goffredo Degli Esposti, ma voix, et même mon fils Clément en petit choriste émoticône heart

Vous trouverez ci-dessous deux petits extraits youtube. 

Vous pouvez le commander sur Amazon : http://www.amazon.fr/gp/offer-listing/B015T77N9O
ou directement par mail : artemiss@live.fr ( il coûte 15 € ).

Un immense MERCI à mes souscripteurs sur Kisskissbankbank sans qui cette belle aventure n'aurait pas existé. 
Faites circuler la bonne nouvelle !

Merci, et bises,

Héloïse.








samedi 29 août 2015

Electrosensibilité : mon calvaire, mon combat, mes victoires...

   A l'heure où le tribunal de Toulouse a reconnu pour la première fois en France l'électrosensibilité comme un handicap et où les médias se décident enfin à parler massivement de ce phénomène, nous retrouvons, nous, électrosensibles, un peu d'espoir...

Cependant, les souffrances sont là, chaque jour, chaque nuit. Douleurs, tremblements, vertiges, fatigue intense, acouphènes, insomnies, migraines, sont, à trente-quatre ans,  mon lot quotidien.

Parmi  les grandes et petites choses que je ne pourrai plus jamais faire : accompagner mes enfants pour la rentrée scolaire ( impossible pour moi de me mêler à la foule des parents armés de téléphones portables ), faire mes courses, me promener en ville, aller à l'opéra, au théâtre, au cinéma, prendre les transports en commun, voyager en train, travailler ailleurs que chez moi...
Chaque trajet, chaque rendez-vous, est une véritable prise de tête, les routes étant bordées d'antennes-relais, les gens étant munis de téléphones portables, les lieux connectés en wifi, etc...
Cette souffrance est omniprésente, muette, combattue de l'intérieur, pour avancer, tout de même, pour ne pas baisser les bras et renoncer à vivre à peu près "comme tout le monde". Mais jusqu'à quand ? Viendra, je le sens bien, le jour où la seule issue possible pour moi sera de déménager au fond de la campagne et ne plus en bouger car je ne pourrai plus, ni conduire sur de longues distances, ni supporter les ondes du voisinage et la proximité des villes, mon corps supportant de moins en moins le contact des ondes électromagnétiques. Je tente de retarder cette échéance pour ne pas perturber mes enfants, et c'est là encore une lutte de chaque jour.

Ce qu'on ne pourra jamais m'enlever : marcher sur mes sentiers de campagne, me baigner dans la Creuse, écouter le calme des grands arbres, regarder de beaux paysages, rêver, aimer, rire, chanter, serrer mes enfants dans mes bras, photographier, écrire... L'ESSENTIEL, bien sûr, il me reste l'essentiel, respirer, me sentir vivante, vibrante au milieu de la nature, loin de ces ondes maléfiques qui ruinent ma santé. C'est encore une chance, c'est même un luxe inouï de vivre, j'en ai plus que jamais conscience.

Mais tout de même, où va ce monde, qui détruit, enlaidit, pollue, cette humanité qui court au suicide géant en s'infligeant ces ondes qui tuent, ces armes de guerre, enfermant ses enfants dans un "four à micro-ondes" géant qui donne des cancers, grille les neurones et j'en passe ? Combien de temps encore avant que les symptômes dont nous sommes de plus en plus nombreux à souffrir s'étendent à la population entière ? Voudra-t-on bien ouvrir les yeux avant qu'il ne soit trop tard ?...

Parmi mes "victoires" personnelles, mes petites "revanches", le fait est que mon "actualité artistique" est bien remplie. Le disque sera prêt d'ici quinze jours. Quant aux livres, parmi les titres à paraître, j'ai reçu hier la couverture de La sagesse du maître de thé, illustré par Georges Lemoine, qui sortira bientôt aux éditions Gallimard. La voici :





















Courage, courage, courage, à mes "frères et soeurs" électrosensibles.
Rassemblons-nous, entraidons-nous, faisons-nous entendre !
Aux autres : , entendez-nous, ouvrez les yeux !

Vive la Vie,
Vive la Liberté,
Vive l'Amour,


Héloïse

Autoportrait aux arbres...


mardi 28 juillet 2015

Nous n'obéirons pas au monde


Nous n'obéirons pas au monde

Dans notre refus d'obéir nous serons entêtés, sauvages, grandioses mon amour, grandioses nous serons, grandioses comme sont les enfants gitans, les ongles noirs de terre, le menton relevé, quelque chose de noble et d'implacable dans le regard


Nous nous enivrerons de vin, nous nous enivrerons de vent, d'étoiles et puis d'eau claire, et nous irons les jambes nues, les pieds cornés par les sentiers avec les chiens errants et les chevaux aux crinières de folle avoine, fiers mon amour, fièrement ensauvagés nous serons


Nous irons sans bagages, les souffles furibonds nous déshabilleront, nous rendront vulnérables, nus et gloutons de vie comme des nouveaux-nés
Les ruisseaux cavaleurs disperseront nos vices en riant aux éclats et nous simplifieront, allégés nous rendront, Roi et Reine parmi les galets et les bois flottés

Nous n'obéirons pas au monde, mon amour, cela fait si longtemps que ses lois, ses chimères, sont à nos cœurs d'une étoffe moins dense que celle des brumes qui se meuvent, ce soir, longues ailes blanches qui s'effilochent au-dessus de la Creuse

Nous n'obéirons pas au monde, seule la vie qui palpite, intacte dans nos veines, la lumière dorée sur la paille coupée, lumière souveraine des campagne en été ; et les gouffres ombreux quand Dieu nous laisse aveugles, nous les traverserons ensemble, tremblants, l'échine basse, enfants terribles qui hantent par deux les forêts tels des loups efflanqués

Je n'attendrai rien que ta main, tu n'attendras rien que mon ventre, jusqu'à ce que le geai, le crocus ou le gui viennent nous rappeler la Grâce

Nous nous enivrerons de vin, nous nous enivrerons de vent, d'étoiles et puis d'eau claire, et nous irons les jambes nues, les pieds cornés par les sentiers avec les chiens errants et les chevaux aux crinières de folle avoine, fiers mon amour, fièrement ensauvagés nous serons

Nous n'obéirons pas au monde 
Nous n'obéirons pas au monde
Nous n'obéirons pas au monde






Texte et photo Leica, tous droits réservés, Héloïse Combes, Gargilesse juillet 2015.

mardi 21 juillet 2015

La Folle allure



La folle allure, extrait de mon prochain disque La Nouvelle H ( sortie prévue septembre 2015 ).
Musique: Héloïse Combes
Paroles: d'après le roman de Christian Bobin, "La folle allure".
Chant : Héloïse Combes
Violoncelle : Janice Renau 
Guitare : Guilam 
Flûte et tambour : Goffredo Degli Esposti -sans oublier notre choriste Clement. 
Vidéo amateur -prière de ne pas visionner en grand écran ;-)- à Gargilesse. 




lundi 29 juin 2015

Là où le firmament et les limbes...

On nous caresse, on nous fait croire
On nous flatte, on nous fait asseoir
On finit même par se coucher
Rêver les pieds en éventail

Et c’est dans un demi sommeil que soudain ça réapparaît : les têtes grimaçantes, les masques aux nez crochus, tous les mêmes gueules, la même que nous, barbouillés de tourbe et de vin, de pisse, de sang sous un vernis de bienséance, méli-mélo, tournis, pantins balayés par le vent

Le temps du rêve aux rideaux blancs on avait cru voir des sourires
On avait cru lire de l’amour, les lèvres roses, les doigts brodés de lilas blanc

Envolé le voile de tulle les danseuses ont piteuse allure, les grands costauds tiennent en rageant leur cœur trop lourd entre leurs mains, on les comprend, on est comme eux
Frères, sœurs d'extase et de misère

Pourtant il fut un temps de valse, pourtant on vous disait princesse
Pour un verre de trop, pour une maladresse, pour un gouffre ignoré vous passez à vermine, on vous marche sur les orteils, la ronde est triste et tout s’efface

On est seul, on est toujours seul et c’est folie de l’oublier

Seul le ciel pour chacun, ce luxe inouï plein les pupilles, peut-être juste un extraterrestre, le plus brisé, son corps géant de glaise et d’humus, ses yeux noyés et ses mains d’or, celui-là qui est presque au bout, où les masques s’effilochent plus fins que les nuages

Sa solitude face à la vôtre, là où on ne peut rien, où seul l’amour peut poindre au milieu du néant

Il faut être seul du plus profond de l’âme pour aimer un peu le visage de l’autre, oublier la glaise, la couronne d’épines ne pas y toucher, et du bout des doigts trouver la peau douce, la vérité nue qui s’écoule claire, claire comme l’eau des clairs ruisseaux

Il faut être seul, mort dix ou vingt fois pour aimer un peu

Et puis les arbres, et puis le ciel, la Creuse coule très lentement ses eaux d’ombre et de rouille, il n’y a personne et je suis nue
Une feuille de frêne en parachute, les grands rapaces aux ailes frangées dévorées par les dents aiguës du soleil de juin
Des reflets en feu d’or clair m’éblouissent, mes cheveux passent dans mon dos comme de longues algues, l'eau m'engloutit

Me laisser flotter, flotter, flotter jusqu’au fond du ciel, les bras en croix, une seconde la paix profonde, quand je me retourne il est sur la berge, assis dans les herbes les genoux repliés, il me sourit
Un instant, une éternité, son sourire et le ciel se fondent


J’ai toujours eu peur avant de faire l’amour, il a dit
Il a dit, et on a ri, et j’ai dit moi aussi
J’ai peur des grottes obscures et des fonds abyssaux des océans, j’ai peur des bêtes sauvages qui sommeillent en moi et de l’enfant blessée qu’on a bâillonnée, j’ai peur de la charogne et du bois putréfié des bords de rivières, j’ai peur du ventre ballonné des poissons morts. J’ai peur de trop aimer les loups, et les forêts d’où l’on ne revient quand on en revient qu’avec les yeux trop grands, moitié crevés moitié voyants, j’ai peur des feux follets et des sables mouvants, j’ai peur de l’homme préhistorique qui montre les crocs, sa barbe hirsute, ses râles fous et l’orage qui monte, j’ai peur du miel et de la mousse, j’ai peur du ciel et de la houle quand ils révèlent leur splendeur, j’ai peur de Dieu juste avant qu’il paraisse. Avant. Le frisson d’avant la ferveur. D’avant la vie, d’avant la mort. D’avant la foudre vérité
J’ai toujours eu peur avant de faire l’amour, il a dit
Il a dit, et on a ri, et j’ai dit moi aussi
Il a trouvé ma main, il a baisé ma bouche, il a creusé mon ventre, la peur s’est consumée en un éclair violet
Pleure l’enfant blessée, jouisse la bien aimée et s’ouvrent les forêts sous nos ongles battants, dansent les feux follets dedans nos yeux de loups, on a coulé profond au fond des océans dans nos fauves duvets et le ciel s’est ouvert, brèche miraculeuse dorée dans les abysses
Je lui ai dit mon frère, mon sang, je lui ai dit mon garçonnet, tes jambes blêmes, tes yeux de fièvre, tes grands bras crucifiés, ta gueule cassée, tes veines bleues, ton torse glabre et ton cœur d’ogre, au zénith je ne crains plus rien
Je lui ai dit on périra mais ta peau est plus douce que la mousse des bois, je lui ai dit mon ange, la part de l’ange en l’homme on ne peut la briser et mourant dans tes bras tes ailes me soulèvent
Alors il a dit viens, viens, je ne craindrai plus jamais rien avec toi, à présent
Il m’a appelée ange et j’ai dit viens aussi, non nous n’aurons plus rien à craindre ni de nous deux unis, ni de nous l’un sans l’autre, à présent
A présent que nous avons été ensemble là où les limbes et le firmament s’étendent d’un seul corps

Héloïse, 28 juin 2015. 

lundi 15 juin 2015

Ce qui importe

--- Ce qui importe ---

C'est la feuille du figuier qui déploie ses cinq doigts

C'est l'ombre qui me couvre dans une odeur de buis et de figue verte, sa fraîcheur d'abbaye

C'est le nuage crépu, ses contrastes d'or blanc et d'ardoise

C'est le sourire d'un mort soudain entraperçu dans la rose alanguie

C'est le souvenir de ton âme sur le bout de tes doigts qui effleure mon âme sur le doux de mon ventre

Ce sont tes lèvres au loin, comme une brèche lumineuse dans l'obscur du secret

C'est le moineau qui s'ébroue dans la poussière, et le visage brun d'un enfant qui m'apparaît en filigrane, barbouillé d'innocence, de terre et de soleil

C'est dans le grand pin parasol la tourterelle qui roucoule, le chant de la rivière captif de son gosier qui s'épanche en goulées lancinantes et sereines

C'est la petite maison qui m'attend là-bas, la vigne, les fissures et le plancher qui craque

C'est le chat roux qui miaule et l'odeur du café

C'est le mégot de cigarette qui fume encore dans la coquille

Ce sont les tambours et les flûtes, ce sont les harpes et les voix, les troubadours ont fait silence, et puis Mozart, et puis Lhasa, demeurent muets eux aussi, mais ce froufrou en rémanence, comme une brise sur mon cœur

Ce sont les nèfles mûres, mes orteils en-dessous, le laurier-rose, la sauge bleue, et la menthe assoiffée qui court entre les pierres

C'est le ciel, toujours, la fatigue

C'est l'instant de rien qui passe et qui demeure

C'est l'éternité qui veille sans qu'on n'y prenne garde

Ce qui importe, un jour parmi tant d'autres, quinze juin de l'année deux-mille-quinze, seize heures et des poussières de rien

Héloïse


mercredi 3 juin 2015

Le conte des anges



Le conte des anges

- pour Angela, Willem et Kaythan,

et pour tous les habitants des villages du monde entier -



 

    C'est un village aux maisons ocre.

La terre y est brune, le ciel y est bleu. Autour du village, une ceinture de forêts.


   Dans le village, il y a deux sortes d'habitants. Ceux qui sont nés là de la terre brune et du ciel bleu. On les appelle les Duterreau. Ils ont deux bras, deux jambes et une tête de chevreuil. Et puis il y a ceux qui sont nés quelque part, on ne sait pas bien où, au bout du monde peut-être, et qui sont arrivés un jour, surgissant des forêts avec deux bras, deux jambes et une tête de geai. On les appelle les Estrangeais.


   Duterreau et Estrangeais s'aiment en secret. Mais ils ne peuvent pas se le dire, bien sûr. Quand un Duterreau veut dire "Bonjour" à un Estrangeais, il brame et l'Estrangeais part en courant, ses petits yeux noirs affolés dans son visage de plumes bleues, se réfugie dans la forêt, la tête enfoncée dans la mousse. Quand c'est un Estrangeais qui veut saluer un Duterreau, il pousse un cri perçant et le Duterreau détale, le museau écumant de peur, s'enferme à double tour dans sa maison ocre.

   Alors ils font comme ils peuvent, les uns, les autres. Pour dire "J'aimerais te connaître", ils se lancent des regards en coin. Des yeux des Duterreau jaillissent des balles de charbon; des yeux des Estrangeais, des flèches effilées davantage que les cris sortant de leurs becs quand ils transpercent, à l'aube, le silence ouaté des sous bois.

    Lorsqu'un Duterreau amoureux veut dire "Tu me plais" à une belle Estrangeais, il frappe rageusement ses bois contre la porte de sa maison, et la belle terrifiée répond des "Merci, merci" camouflés dans des hurlements qui fusent de son bec comme des flammes incendiaires.

    Parfois une maison brûle. Un arbre tombe foudroyé. Le ciel se pare d'obscurs nuages. Quelques Estrangeais repartent par les forêts d'où ils sont arrivés. Des Duterreau s'enfoncent dans les profondeurs muettes de leurs maisons et y ruminent des idées plus sombres encore que le ciel gris.

    C'est un climat d'amour mutique. D'amour charbon. D'amour épée. D'amour orage. D'amour qui ressemble à la guerre.



    Eux, ils arrivent un matin de printemps.

   Ils arrivent à bord d'une barque en amande, sur la rivière qui coule en aval du village. Une femme. Un homme. Plutôt des anges. Un ange femme noir à coeur blanc. Un ange homme blanc à coeur noir. Deux anges. Non trois. A y regarder de plus près, on remarque, au fond de la barque, endormi, un tout petit ange blanc et noir qui leur ressemble.

Ils amarrent la barque à un chêne et s'installent. Dans l'herbe tendre ils déroulent une nappe à carreaux. D'un panier ils sortent du pain, du vin, des pommes.

   C'est alors que tous déboulent. Depuis les verts chemins des bois, depuis les ruelles grises où sont alignées leurs maisons, ils accourent. Duterreau et Estrangeais, têtes de chevreuils et têtes de geais, deux clans de curieux se forment de part et d'autre des anges, regardent avec méfiance les trois visages nus. Trois visages sans plumes, sans poils, clairs comme l'eau de la rivière.

Brames des Duterreau sur la droite. Cris des Estrangeais sur la gauche. Au centre, les trois visages clairs, imperturbablement sereins, tournés vers le soleil qui monte.


   "Si, si, siiiiiiii", sifflent les habitants à têtes de geais.

"Lan, lan, laaaance", lancent les habitants à têtes de chevreuils, lorsque, d'un mouvement très lent, l'ange homme blanc à coeur noir prend dans sa main la main de l'ange femme noir à coeur blanc.

Leurs mains jointes, les "Si" et les "Lance" accordés, le silence se fait. Chacun regarde, étonné, la lumière qui semble irradier du couple d'anges. Une lumière douce, plus dorée encore que l'or du soleil qui atteint la cime du chêne.


   Petit à petit la clameur reprend.

" Ah, ah, aaaaaaaa", font les Estrangeais, petits sons étranglés au fond de leurs gosiers de plumes, tandis que les Duterreau poussent des brames ressemblant à des meuglements : "Mmmmmm, mmmmm, mourrrr"...

Alors les deux anges dont les mains sont restées liées enlacent tendrement leur angelot aux cheveux  emperlés de brume et de sommeil.

   Le trio fusionné, le silence revient, les "A" et les "Mour" s'accordent, et par dedans chaque atome de silence, gonflent des particules d'amour qui se propagent autour du trio d'anges, s'étendent à droite, à gauche, gagnant chaque Estrangeais, chaque Duterreau.

   Tous restent prostrés longtemps, incapables de bouger, respirant seulement les particules de silence et d'amour qui emplissent leurs poumons, s'infiltrent dans leurs veines, gagnent leurs coeurs. Le soleil atteint son zénith puis décline doucement, orangé d'abord, puis rouge, puis disparu derrière les forêts en laissant dans le ciel des marbrures roses.


   C'est à ce moment là qu'ils réalisent. Les Duterreau, les Estrangeais. Chacun tâte son propre visage, du bout des doigts. La chair est douce, lisse, souple et tiède. Plus de plumes ni de poils, plus de chevreuils aux museaux fulminants ni de geais au becs taillés en pointes, les masques ont disparu. Ne restent que des visages, de même nature que ceux des anges. Des visages d'eau de source. Des visages nus.

 
   Quand la nuit vient, on se mélange. On partage le pain, le vin, les pommes, assis dans l'herbe tendre. Les voix forment un froufrou sonore qui se marie au froufrou lumineux des étoiles au ciel. On saisit quelques mots, des rires. " Comment vas-tu, quel est ton nom, tu es si belle, allons danser, la nuit est douce, douce,  mon amour, mon amour..."

   Le bébé ange s'est rendormi dans les bras de ses parents. Autour il n'y a plus de clan. Plus de Duterreau, plus d'Estrangeais. Ces mots ont disparu au loin, portés par le courant de la rivière.
Il y a de clairs visages qui brillent avec la lune. Juste ça.

Des visages semblables. Des visages de gens qui s'aiment.

 
 

Héloïse Combes, 3 juin 2015.
 
 
Angela et Willem, Anges.

mercredi 20 mai 2015

L'éternité acquise


L’éternité acquise

 

Toi qui fus mon ami, toi qui fus mon amour
Inexorablement tu le seras toujours
Ne pas nier les vagues plus que le lilas blanc
Ce qui est infini, ce qui vibre un instant
Et le cœur doux des roses qui embaume en mourant
Délivré d’amour propre sait bien mieux que nos cœurs
L’éternité acquise au cœur de chaque instant
Et l’amour absolu qui veille en toute chose
Je crois plus qu’en moi-même la parole des fleurs
Qui de leurs purs silences m’éclairent comme des sœurs
Et chantent en mourant à quel point rien ne meurt
L’instant à l’éternel inexorablement
Lié comme à l’hiver est lié le printemps
La veille souveraine du ciel et de la terre
M’assure chaque instant qu’il n’est rien qui se perd
L’étreinte souveraine du ciel avec la terre
Saura garder nos cœurs mieux qu’ils n’ont su le faire
Va, laisse-nous mourir comme meurent les roses
Laisse-nous exister là où tu n’y peux rien
Où de l’oubli d’un jour ressuscitent les choses
Les vagues à l’infini offrent déjà au loin
Nos cœurs unis un jour au cœur du lilas blanc
Et le cœur doux des roses qui embaume en mourant
Délivré d’amour propre sait bien mieux que nos cœurs
L’éternité acquise au cœur de chaque instant
Et l’amour absolu qui veille en toute chose
 
 
 
 
Héloïse Combes, 20 mai 2015, pour ...

jeudi 30 avril 2015

Cet élan dans nos villages...

Au fin fond de nos belles campagnes,
Dans le sud et dans le Berry,
J'ai bien souvent eu l'occasion de voir des petits villages endormis, commerces et écoles fermés, habitations abandonnées, solitude des rares villageois...
Ce n'est pas pour déplaire à la sauvageonne que je suis, mais quand même, c'est toujours un pincement au cœur de voir ainsi nos campagnes désertées...

Et puis, ces derniers temps, j'ai eu la joie d'assister, ici et là dans nos villages, à de jolis élans du cœur, voir la vie reprendre sa place dans les ruelles, entendre les cris des enfants qui reviennent se mêler aux pépiements d'oiseaux.
A Mialet, une chouette épicerie-bistrot-restau-point de ralliement où les villageois se relaient à la caisse et à la cuisine, et organisent même des soirées culturelles.
A Gargilesse, la réouverture de l'Hôtel des Artistes et de l'Auberge de la Chaumerette, tous deux tenus par des amis dynamiques, chaleureux, courageux.
J'ai eu la joie de chanter pour l'inauguration de l'auberge de la Chaumerette, d'y entendre des rires et des verres trinquer, d'y danser, d'y voir les gens venus des maisons et des fermes voisines se rencontrer, se mélanger, rire et partager une magnifique soirée.
Ca fait chaud au cœur, vraiment.

Merci à ces personnes qui redonnent vie à nos campagnes,
Merci Angela et Willem, merci Renaat, merci les enfants, merci Antonin et Jean-Marie, Martine, Pascal, Georges, Jean-Claude, Gilles, Jean-Mi, Françoise, Joséphine... Impossible de vous nommer tous, mais
Vive la solidarité et l'Amour, et vivent encore et toujours nos chères et douces campagnes !








 

 

jeudi 16 avril 2015

Electrosensibilité : mon témoignage.


   Ceci n’est pas une chronique artistique. Je me décide ce jour à ajouter mon témoignage aux nombreux autres déjà présents sur internet, je crois que c’est important – sans doute même est-il de mon devoir d’être humain de le faire.

   L’électrosensibilité est une forme d’allergie aux ondes électromagnétiques qui pullulent autour de nous – émissions wifi, antennes-relais, téléphones portables, ect… Lorsque l’organisme atteint son seuil de résistance à ces ondes, il sature, et les premiers symptômes apparaissent.

   De nombreux chercheurs et médecins ont prouvé depuis longtemps la nocivité de ces ondes sur la santé. Pour vous donner une idée, les ondes émises par le système wifi et les téléphones portables sont de même nature que celles des fours à micro ondes –dont la dangerosité est avérée depuis longtemps- : nous vivons dans une sorte de four à micro ondes géant qui « grille » nos cellules petit à petit, détruit nos défenses immunitaires, et certains d’entre nous, plus exposés ou plus sensibles, saturent plus vite et présentent des symptômes de maladie tandis que d’autres ne ressentent encore rien – ce qui ne veut pas dire qu’ils sont à l’abri, ces ondes constituant un danger qui nous menace tous et qui, de l’avis de certains spécialistes, seront à l’origine du prochain scandale sanitaire mondial… Souvenez-vous l’amiante, considérée comme inoffensive et utilisée massivement jusqu’à ce que la triste réalité soit révélée… Tous nos chers « gadgets » technologiques seraient peut-être bien eux aussi des outils empoisonnés distillant sournoisement ces fameuses ondes générant des atteintes gravissimes au corps humain.

   Mais, j’en reviens plus précisément à l’électrosensibilité et à mon propre cas.
   J’ai connu les premiers symptômes lorsque j’ai acheté mon premier ordinateur – en 2003. J’avais vingt-deux ans. Sont apparus des migraines récurrentes et des vertiges. A l’époque je ne savais pas à quoi les attribuer et les médecins étaient aussi dubitatifs que moi.

   Une longue période d’accalmie a suivi, ponctuée toutefois de migraines, de brûlures au niveau des mains dès que j’utilisais un ordinateur et de sensation de chaleur douloureuse dans l’oreille quand je téléphonais à l’aide d’un téléphone portable.

   Dix ans plus tard, je me suis mise à utiliser l’ordinateur de façon intensive, notamment pour recopier mes manuscrits. A la suite d’une période où je tapais des textes à raison de six ou sept heures par jour –sans prendre la peine de déconnecter le wifi-, j’ai vécu un enfer : migraines terribles, tremblements dans les membres, sensation d’un « fourmillement électrique » dans tout le corps, tensions musculaires, acouphènes, fatigue intense, insomnies, troubles de la vue, sensation de raideur douloureuse au niveau de la nuque, pertes de mémoire et vertiges m’empêchant de marcher droit… Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Les médecins non plus. Mon corps, en bonne santé apparente, me « lâchait ».

Toutefois, je remarquai que ces troubles s’atténuaient puis disparaissaient dès que je séjournais quelques jours dans une zone de campagne, qu’ils réapparaissaient en ville, et que chaque contact prolongé avec un téléphone portable ou un ordinateur me plongeait dans un état de douleur épouvantable.

   Un jour, marchant dans une rue de Montpellier, je ne pus plus du tout avancer : faiblesse extrême, vertiges, suivis d’un malaise. La semaine suivante, même trajet, même rue, même malaise. J’appris par la suite que la rue en question est cernée par plusieurs antennes-relais.

   Un autre jour, effectuant un long trajet en voiture avec le téléphone portable allumé, je dus m’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence : j’étais complètement désorientée, ma tête tournait et mon cœur s’affolait. Voulant appeler du secours avec mon téléphone portable, j’ai ressenti une vive douleur au niveau du cœur qui s’affolait de plus belle. Faisant enfin le lien, j’ai éteint le téléphone et attendu que mon cœur se calme.

   Voilà un an environ que j’ai pu mettre un mot sur le mal dont je souffre : électrosensibilité. En effet, ayant appris qu’une connaissance avait dû déménager et quitter son emploi de chercheuse à cause de cette pathologie, j’ai pu ensuite me documenter, accéder à des articles médicaux, au site de l’association Robin des toits et recevoir de nombreux témoignages de gens vivant le même calvaire.

   Aujourd’hui, je ne peux plus faire mes courses, ni circuler en ville, ni même aller chercher mon fils à l’école –la présence de plusieurs téléphones portables allumés autour de moi me provoque un malaise pouvant aller jusqu’à la chute, et des troubles cardiaques. Je n’allume le téléphone portable et l’ordinateur que quelques minutes par jour et songe à m’en passer totalement sous peu. J’ai désactivé le système wifi, débranché la live box, et malgré ces précautions, de nombreux troubles subsistent, liés à la présence d’une antenne-relai à trois-cents mètres de chez moi et aux systèmes wifi des maisons voisines. Je serai certainement obligée de déménager dans une zone moins exposée, même si je repousse l’échéance de cette solution radicale pour préserver l’équilibre de mes enfants.

   Acouphènes, troubles de l’équilibre, migraines, insomnies, fatigue, constituent mon quotidien. Je suis devenue tellement sensible que je ne supporte plus non plus l’internet filaire ni le téléphone fixe relié à la box. Je « détecte » aussi la présence de lignes électriques et chaque appareil électrique branché dans la maison –cela se manifeste par un sifflement aigu dans mes oreilles et des fourmillements dans les membres…

Un calvaire en somme ! Qui me prive de beaucoup de choses –finies les sorties en ville, plus de cinéma non plus, ni de spectacles, voyages difficilement envisageables, transports en commun bannis, mon activité de chanteuse freinée car je ne peux pas envisager de chanter dans une salle où les gens n’auraient pas éteint leurs portables…

Pas drôle quand on a trente-trois ans, des projets plein la tête et une soif de vivre inaltérée !

   Pas question pour autant de déprimer ou de baisser les bras. Yoga, méditation, sport et médecines douces m’aident à mieux gérer les douleurs et recentrer mon équilibre. Une escapade mensuelle à la campagne dans une zone peu exposée me ressource, et je file dans l’arrière pays pour la journée dès que possible.

   Je viens d’acquérir du tissu à base de fibre d’argent qui stoppe les longueurs d’ondes pour protéger en priorité mon cerveau et mon cœur. Et j’ai rendez-vous à la fin du mois avec le professeur Belpomme, cancérologue spécialiste de l’électrosensibilité. La journée à Paris risque d’être fort éprouvante, mais je compte beaucoup sur ce médecin pour évaluer mon état et me guider –je n’ai trouvé à Montpellier aucun médecin susceptible de m’aider, uniquement des médecins pas encore informés et décontenancés, voire un jeune neurologue arrogant qui m’a ri au nez : « mais, mademoiselle, ces ondes sont inoffensives ! Les quelques milliers de français électrosensibles ? Foutaises ! Tous des illuminés ou des déprimés, je peux d’ailleurs vous prescrire des antidépresseurs, voulez-vous ? »… - No comment…

   Voilà, voilà… La vie est belle, je dirais même qu’en souffrant je me rends plus que jamais compte de la beauté inouïe du printemps, de la chance que j’ai d’être entourée de gens aimants et d’être vivante, là, dans ce monde si beau mais blessé et plus que jamais parasité au nom du pouvoir, de l’argent et de la futilité.
   Puisse ce modeste témoignage éveiller quelques consciences concernant ce sujet sensible sciemment évincé par les autorités pour le moment…

   N’attendez pas que le scandale éclate au grand jour pour réagir et appliquer des principes de précaution tout simples vis-à-vis des ondes électromagnétiques : utilisation modérée des ordinateurs et téléphones portables, désactivation des systèmes wifi au profit de l’internet filaire, extinction des téléphones portables la nuit, pas de portables ni tablettes entre les mains des moins de quinze ans, utilisation d’un téléphone fixe filaire et non pas de type DETC dont la base émet en permanence le même type d’ondes que les portables, pas d’ordinateur dans les chambres à coucher, temps de communication au téléphone portable limité à quelques minutes, etc…

   Et puis, vive le charme de la vie quotidienne, de l’instant présent et du contact humain réel !

   Grosses bises et beau mois d’avril ensoleillé à tous !

Héloïse

P.S: Je précise que je suis incapable de taper seule un texte si long à l’ordinateur et remercie Clément pour son aide.


Ajout du 4 mai 2015:

Après consultation du pr. Belpomme, j'ai rencontré d'autres EHS dont les témoignages et la détresse m'ont émue.
Me concernant, il apparaît que mon corps est touché par les champs électromagnétiques. Les signes cliniques chez les EHS sont, entre autres, une attaque des globules rouges et un manque d'oxygénation du cerveau. Mes compétences en matière de médecine ne me permettent pas de détailler le reste mais je pu comprendre que des substances vitales sont détruites dans le sang par les ondes.
Je dois revoir le professeur en juin pour mettre en place un traitement qui devrait m'aider à ré oxygéner mon cerveau. Le professeur me conseille vivement de déménager:vivant beaucoup trop près d'antennes-relais, le traitement et les mesures de protection ne suffiront pas, je risque à moyen terme un Alzheimer précoce à cause des CEM.

- Quelques liens :


Avec ma tenue en fibre d'argent ! ;-)