Les textes et images présents sur ce blog ne sont pas libres de droits, merci de me demander avant une quelconque utilisation.


lundi 15 juin 2015

Ce qui importe

--- Ce qui importe ---

C'est la feuille du figuier qui déploie ses cinq doigts

C'est l'ombre qui me couvre dans une odeur de buis et de figue verte, sa fraîcheur d'abbaye

C'est le nuage crépu, ses contrastes d'or blanc et d'ardoise

C'est le sourire d'un mort soudain entraperçu dans la rose alanguie

C'est le souvenir de ton âme sur le bout de tes doigts qui effleure mon âme sur le doux de mon ventre

Ce sont tes lèvres au loin, comme une brèche lumineuse dans l'obscur du secret

C'est le moineau qui s'ébroue dans la poussière, et le visage brun d'un enfant qui m'apparaît en filigrane, barbouillé d'innocence, de terre et de soleil

C'est dans le grand pin parasol la tourterelle qui roucoule, le chant de la rivière captif de son gosier qui s'épanche en goulées lancinantes et sereines

C'est la petite maison qui m'attend là-bas, la vigne, les fissures et le plancher qui craque

C'est le chat roux qui miaule et l'odeur du café

C'est le mégot de cigarette qui fume encore dans la coquille

Ce sont les tambours et les flûtes, ce sont les harpes et les voix, les troubadours ont fait silence, et puis Mozart, et puis Lhasa, demeurent muets eux aussi, mais ce froufrou en rémanence, comme une brise sur mon cœur

Ce sont les nèfles mûres, mes orteils en-dessous, le laurier-rose, la sauge bleue, et la menthe assoiffée qui court entre les pierres

C'est le ciel, toujours, la fatigue

C'est l'instant de rien qui passe et qui demeure

C'est l'éternité qui veille sans qu'on n'y prenne garde

Ce qui importe, un jour parmi tant d'autres, quinze juin de l'année deux-mille-quinze, seize heures et des poussières de rien

Héloïse


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire