Les textes et images présents sur ce blog ne sont pas libres de droits, merci de me demander avant une quelconque utilisation.


vendredi 21 décembre 2012

Te souviens-tu le gai printemps ?



Le verre est plein, le disque tourne,
Le violon retient un sanglot,
Le gâteau attend qu’on l’enfourne…
Avec toi c’eût été si beau…

Mais la nuit froide de l’absence
Qu’étoilent juste, en crève-cœur,
Cabotines réminiscences 
De notre si proche bonheur,

S’étend, mariée à l’hiver,
Glacée, lugubre forêt noire
Où titubante, je m’égare.
Rends-moi donc tes mains, ta lumière…

Te souviens-tu le gai printemps ?
Nous allions souriants et nus
Comme vont les petits enfants,
Trottant, la foulée ingénue.

Te souviens-tu, j’étais jolie,
Saupoudrée de joie et de pluie,
Lutine au miroir de l’étang,
Reine au miroir de tes yeux d’eau…

Rends-moi donc tes mains, ta lumière,
Rends-moi ma beauté, ma jeunesse.
Rends-moi tes yeux pour que l’hiver
Brille de flocons d’allégresse

Jusqu’au prochain printemps.

Héloïse Combes, 12 décembre 2012 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire